Mar 06 2008

L’Aurore en deux teintes

Catégorie: Auteurs,Diffusion,Événements,PublicationsLes Six Brumes - Guillaume Houle à 11:03

En réponse à la requête de Sarah-Émile, voici les deux couvertures de l’Aurore une à la suite de l’autre :

Comme on peut le constater, bien des éléments ont été changés. D’abord, le graphiste de l’époque, Jimmy Plamondon, s’est assuré de laisser toute la place à l’image de couverture, signée cette fois par Jean-Marc Saint-Denis (bédéiste, il publia entre autres Le jour à Wenworth, basé sur une nouvelle de H.P. Lovecraft). En effet, toutes les informations textuelles ont été retranchées sur le côté droit (ainsi que sur la tranche du livre, qu’on ne voit pas ici).Cette idée était-elle novatrice, en 2001? Je ne saurais dire, mais par contre, les années qui suivirent furent riches en publications à illustration de couverture prédominante avec une tranche sur le côté. Nous n’avons qu’à penser à Fleuve Noir, qui orienta sa série de roman de jeux de rôles (Royaumes Oubliées, L’Elfe Noir, etc.) dans cette direction.

Revoyons la couverture finale, mais en plus grand :

Il est clair que les couleurs sont beaucoup plus riches que celles de l’originale. En effet, Les Six Brumes tentent de produire depuis ses débuts des images de couverture qui attirent l’oeil et qui donnent aux lecteurs de l’Imaginaire des pistes pour s’envoler dans les différents récits proposés. Nous n’y parvenons pas toujours à notre satisfaction, mais pour des éditeurs bénévoles, je crois que nous nous en tirons de mieux en mieux. Les couvertures de Alégracia et Nocturne ont jeté des standards que nous nous efforçons de maintenir et de dépasser.

Plus récemment, avec la Collection Nova, notre directeur artistique François Pierre Bernier travaille très fort afin d’améliorer la présentation visuelle à peu de frais. J’ai très hâte de mettre en ligne les couvertures de nos deux prochaines publications, Le Loup du Sanatorium de Mathieu Fortin et La Légende de McNeil de Jonathan Reynolds.

Pour en revenir à nos moutons, avez-vous remarqué la quantité des éléments sur la couverture?

En effet, si l’on observe bien, on y retrouve 14 éléments distincts : l’ange déchu, le chat pendu, la comète, l’oeil géant, un lecteur vêtu d’un imperméable, un livre en cuir, un volcan, un homme-lézard, un chien vert, un mouton (bon sang, c’est la première fois que je le remarque celui-là…), des photographies à caractère pornographique, une fleur pourpre, un doigt coupé baignant dans le sang et une batte de baseball.

Ces éléments dessinés par Jean-Marc Saint-Denis répondent aux attentes des deux éditeurs du livre : Jonathan Reynolds et Marki St-Germain. Il était en effet prévu que, outre le lecteur représenté par l’homme à l’imperméable, chacun des éléments illustre brièvement le contenu de chacune des 13 nouvelles.

Bref, on y retrouve 13 éléments pour 13 nouvelles, plus le lecteur.

Pour moi, qui s’occupait de la promotion et distribution à la mitaine à l’époque, ce fait était clair. Mais mon collègue Jonathan a souligné récemment un autre détail subtil : il y a bel et bien six (6) teintes de brumes différentes dans l’image.

Six teintes différentes, pour les six genres des Six Brumes.

On pourrait presque y voir un signe du démon, ou encore un hommage à Iron Maiden (666 : The Number of the Beast).

J’adore raconter ces histoires, en espérant que ça vous intéresse aussi. Mais comme dans tout bon feuilleton, je vous laisse sur l’annonce classique :

« À suivre. »


Mar 01 2008

L’Aurore, six ans plus tard

Catégorie: Auteurs,Événements,Généralités,PublicationsLes Six Brumes - Guillaume Houle à 07:23

Il y a six ans survenait un événement marquant dans l’histoire des Six Brumes : L’Aurore, premier ouvrage de maison d’édition, était né.

Pour célébrer l’occasion, je publierai au mois de mars une série d’images, de commentaires et de faits marquants reliés à cette parution historique.

Commençons tout de suite avec un élément inédit, que peu d’entre vous ont eu l’occasion de voir, soit la couverture originale, jamais utilisée, de L’Aurore :


Fév 23 2008

Un moment de suspense…

Catégorie: Généralités,PublicationsLes Six Brumes - Guillaume Houle à 13:47

Depuis deux semaines, le silence s’amoncele en milliards de petits pixels de poussières sur le site Internet des Six Brumes.

Toutefois, si vous tendez l’oreille attentivement, l’écho nocturne de la forêt retentit des claquetis de claviers osseux, des cris rauques de globes occulaires surmenés, des soupirs lugubres de mort-vivants éreintés.

Bientôt, hors de la forêt et sur les plaines enneigées bordant votre demeure, vous verrez surgir les brumes, et de celles-ci l’enfant damné issu de son horrible labeur.

Fixez bien les ténèbres.

L’Horreur arrive.


Fév 13 2008

Mathieu Fortin : auteur, directeur littéraire, passionné

Catégorie: Auteurs,Généralités,PublicationsLes Six Brumes - Guillaume Houle à 23:32

Apparemment, aucun de vous n’aimerait être éditeur, en fin de compte, à en juger par votre taux de réponse à la question précédente : 0%!

D’une certaine façon, ça représente un soulagement. Le travail effectué par Les Six Brumes est nécessaire, car peu de passionnés d’Imaginaire semblent prêts à le faire à notre place. D’un autre côté, cette situation nous prive de vos précieuses idées, qu’on aurait bien aimé lire. Mais bon, on se reprendra autrement!

D’ici là, j’aimerais vous parler d’un des quelques passionnés qui contribuent à renforcer l’aura des brumes à l’intérieur et à l’extérieur de la maison d’édition : Mathieu Fortin.

Auteur de nouvelles, fondateur et ex-éditeur de Brins d’éternité (fanzine consacré à la SF québécoise), Mathieu Fortin s’apprête à publier son premier ouvrage aux Six Brumes, « Le Loup du Sanatorium ». Actualisant une thématique chère au folklore québécois, la lycanthropie, l’auteur issu de La Tuque et résidant à Trois-Rivières nous fera vivre dès avril la rencontre d’un groupe de jeunes avec la mort hurlante et bestiale.

Au-delà de la thématique toutefois, c’est une véritable rencontre avec une littérature forte, vivante, pleine de sueurs chaudes et froides que Mathieu Fortin nous propose. Car ce passionnés de SFFQ n’est pas né de la dernière pluie. Après avoir écrit plusieurs nouvelles, dirigé un fanzine, participé à plusieurs ateliers d’écritures, rencontré des auteurs chevronnés, il possède désormais la force de donner du tonus à tout récit déjà intéressant, en partant.

C’est donc lui, Mathieu Fortin, que Les Six Brumes ont choisi pour diriger le projet 2008 de Jonathan Reynolds, son sinistre et mystérieux recueil intitulé « Silencieuses ». Dernière visite de l’auteur dans les sombres ruelles d’Innstown et les rangs inquiétants de Silent Valley, « Silencieuses » possèdera en plus la marque glaciale de Fortin.

Un mariage né en Enfer.

J’espère que vous vivrez assez longtemps pour le voir se concrétiser, à l’automne 2008.


Jan 20 2008

Musique pour Jonathan Reynolds

Catégorie: Auteurs,PublicationsLes Six Brumes - Guillaume Houle à 14:37

Bien que son anniversaire soit déjà passé depuis 2 jours déjà, Les Six Brumes célèbrent la fête de l’auteur et éditeur Jonathan Reynolds d’une façon bien particulière.

En effet, en 2005 était publié le roman Nocturne, récit d’épouvante mettant en vedette la ville d’Innstown et ses habitants passionnés, violents et fanatiques, prêts à tout pour affirmer leurs convictions. Aude et ses amis, de jeunes citoyens perdus dans le tumulte, y rencontrent la mort sous le signe d’un tueur masqué fou.

Aujourd’hui est déterrée pour vous la musique qui a accompagné le roman lorsqu’il a enfin vu le jour. Signée par le claviériste Guillaume Pratte, elle inaugure l’entrée en matière du roman, alors que le vent souffle les feuilles dans les rues désertes d’Innstown.

Nous vous invitons à lire ou à relire Nocturne, le roman, tout en écoutant cette introduction musicale.


« Page précédentePage suivante »

  • Catégories