Oct 08

Enraciné : extrait de « La mesure de l’étalon – Baie-du-Febvre »

Catégorie: PublicationsLes Six Brumes - Guillaume Houle à 16:56

La prévente d’Enraciné se poursuit : nous en sommes 44% de l’objectif.

Voici un nouvel extrait d’un des récits, « La mesure de l’étalon » :

Extrait : La mesure de l’étalon – Baie-du-Febvre

« [..] il avait remarqué, au bout de la plaine humide, au bord du lac Saint-Pierre, un étalon à la robe de nuit qui trottait à la rencontre des oies se posant dans la tourbière.

Le cheval avait levé la tête et… Olivier a toujours supposé que l’animal l’avait vu, car il avait baissé la tête et s’était élancé au galop. Le terrain accidenté, recouvert de l’eau des marées, n’était pas l’endroit idéal pour un étalon courant à pleine vitesse, mais il avait filé sans difficulté jusqu’aux oies, qui n’avaient pas bougé. Le pur-sang était passé à travers les oiseaux migrateurs comme s’ils n’avaient pas été là ! Olivier avait secoué la tête rapidement pour se replacer les idées et s’assurer de la véracité de ce qu’il venait de voir, mais le cheval continuait sur sa lancée. L’étalon l’avait frôlé et avait sauté sur la 132. Des voitures arrivaient des deux côtés, mais l’étalon ne ralentissait pas. Il s’était précipité sur la chaussée asphaltée et se faufilait sans que les automobilistes fassent mine de ralentir ou de l’éviter.

Olivier s’était levé, la bouche grande ouverte de stupéfaction. De l’autre côté de la 132, l’étalon avait relevé la tête, l’avait regardé comme s’il le reconnaissait, l’oeil brillant, et s’était volatilisé.

Pas totalement : l’herbe haute avait continué à se courber sur son passage. Le bruit de tonnerre produit par les sabots qui frappaient le sol avait augmenté jusqu’à ce qu’Olivier eût l’impression que le cheval repassait tout près de lui. Puis, les pas cadencés avaient décru jusqu’à disparaître. La seule preuve
du passage de l’étalon était les quelques brins d’herbe piétinés par les sabots.

Olivier avait pensé, à ce moment, que le cheval et lui se ressemblaient : tous les deux recouverts de noir, tous les deux souhaitant disparaître. »

Merci de soutenir la publication d’Enraciné! 🙂

Laisser un commentaire


  • Catégories