Jan 16

Réunion au Sommet

Catégorie: Auteurs,Généralités,PublicationsLes Six Brumes - Guillaume Houle à 14:03

Bizarre, je ne croyais jamais vraiment devoir désigner une visite à Drummondville comme un parcours vers une montagne, notamment parce que nos quartiers de Sherbrooke sont géographiquement plus élevés que ceux de Drummondville.

Quoi qu’il en soit, mardi dernier fut le théâtre de l’un de mes moments préférés du calendrier des Six Brumes : la rencontre annuelle.

Y étaient présents Jonathan Reynolds (éditeur) et sa copine Julie Ray (artiste et illustratrice), Marki St-Germain (éditeur), François Pierre Bernier (webmestre) et moi-même (directeur des communications & des publications).

Nous y avons bien sûr discuté de choses et d’autres : d’administration, de revenus, de factures, de légalités, de compatibilité, de budget. Rien pour passionner les légions de l’Imaginaire.

Une fois cet aspect plus lourd de la conversation vidé de sa substance, nous avons causé allègrement des publications à venir. Voilà, à coup sûr, un sujet beaucoup plus prenant, dont je retiens plusieurs détails sur le bout de ma langue… ou juste au-dessus du clavier, au bout de mes doigts!

Pour que la magie des brumes opère, il ne me faut pas en lancer tous les charmes au coeur des froids de l’Hiver Éternel. Quelques sortilèges d’Espoir Printanier suffiront. Mais qu’est-ce que la fonte des neiges laisse présager, aux Six Brumes?

La venue de Mathieu Fortin. Mais qui est-il?

« Né à La Tuque, patrie de Félix Leclerc, en 1979, Mathieu Fortin se passionne très tôt pour le fantastique, la science-fiction et la fantasy. Il découvre les romans de la collection Jeunesse-Pop et fait la connaissance des écrits de Daniel Sernine du cycle de Neubourg et Granverger. Il découvre par la suite Fondation, d’Isaac Asimov, ainsi que le fantastique de Stephen King, avant de découvrir la revue Solaris et le milieu de la SFFQ. [..]

Il commence à écrire ses premiers textes sur la machine à écrire achetée par ses parents vers l’âge de 14 ans. [..]

En 2004, il fonde le fanzine Brins d’éternité qui publie son premier numéro en 2004, participant ainsi à la renaissance du fanzine québécois. Un noyau d’auteurs de la relève se forme autour de la maison d’édition Les Six Brumes et du fanzine Brins d’éternité: Pierre-Luc Lafrance, Caroline Lacroix, Michel J. Lévesque, Jonathan Reynolds, Elyyse, Guillaume Voisine sont des collaborateurs réguliers du fanzine.

[..] Son travail au sein de Brins d’éternité lui permet de remporter deux prix Boréal et une nomination aux prix Aurora. »

L’arrivée officielle de Mathieu Fortin au Royaume des Six Brumes constitue un pas de plus en avant pour la maison d’édition, qui terminera au plus tard au début de 2009 un cycle de publications amorcé en 2002.

En effet, l’auteur Jonathan Reynolds, supervisé par M. Fortin (donc auteur et directeur littéraire), parachèvera le cycle d’Innstown et de Silent Valley, commencé avec Nocturne (2005) et Ombres (2002), dans un sinistre recueil de nouvelles, Silencieuses. Prévu pour l’automne 2008, ce dangereux et convoîté tome du mal signera la dernière collaboration du maître de l’épouvante sherbrookois dans le giron des Six Brumes.

D’ici à l’automne fatidique, vous aurez la chance de découvrir nos deux auteurs fantastique préférés, dans deux premiers récits marquants.

En effet, alors que Mathieu Fortin publiera son premier Nova avec Le loup du Sanatorium (avril 2008), Jonathan Reynolds vous présentera dans ce même format la version ultime du premier récit qu’il ait jamais écrit, La Légende de McNeil (avril 2008).

Plus de détails à venir.

Laisser un commentaire


  • Catégories